AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (ISOBEL) en cette heure de spleen et d'ennui.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Isobel Keller
♔ queens of the night
avatar

Messages : 956
Crédits : MOONY
Pseudo/Prénom : Mariko
Avatar : Phoebe Tonkin

TANGO NOCTURNE ◐
Age : vingt-cinq ans
Occupation : aspirante femme du monde, actuellement femme de chambre (hôtel blanche) ; escroc à ses heures perdues.
Boisson favorite : bloody mary - elle en aime surtout le nom.

MessageSujet: (ISOBEL) en cette heure de spleen et d'ennui.   Lun 25 Sep - 23:21


UNKNOWN

ISOBEL (HANNE) KELLER

À cette heure moite et dense, la nuit a revêtu
Sa longue, longue robe altière, et ses fines ballerines
Voilà qu'elle tourne et qu'elle danse, pensais-je, mais rêves-tu?


AGE › Isobel est née il y a 25 ans, en l'année 1904.  DATE ET LIEU DE NAISSANCE › Elle a vu le jour à la Nouvelle-Orléans, un certain 21 décembre, jour de l'hiver, qui est pourtant la saison qu'elle aime le moins, elle qui ne vit que pour les belles journées d'été. NATIONALITÉ › Isobel est tout ce qu'il y a de plus américain, malgré quelques origines allemandes, via un grand-père paternel qui lui a légué son nom de famille et un deuxième prénom, porté en hommage à son arrière-grand-mère, donc : chez les Keller, on ne badine pas avec les liens familiaux. ÉTAT CIVIL › Célibataire, et à son âge, d'aucuns la qualifient plutôt de vieille fille. OCCUPATION › Le jour, elle est femme de chambre à l'hôtel Blanche, et ne se prive pas de commettre quelques menus larcins lui assurant une survie plus confortable et l'accès éventuel au train de vie mondain dont elle a toujours rêvé. La nuit, elle sort à la rencontre de cette même mondanité, sous les traits tout autres d'une riche héritière anglaise qu'elle s'invente peu à peu.

☾ meet Isobel Hanne Keller

› Mensonges et larcins ; depuis toujours, Isobel ne peut s'en empêcher : elle vole, ment, arrange les choses de la façon qui lui paraît la plus opportune. Presque sans le vouloir, parfois, comme si les mots sortaient de sa bouche avant même qu'elle ait pu les penser, que sa main a attrapé le poudrier négligemment posé sur la table sans lui laisser le temps de riposter. Elle aime ça, enjoliver la réalité pour la rendre un peu plus conforme à sa façon de l'imaginer. Et puis elle ne fait aucun mal, se dit-elle, car personne ne le saura jamais. Et si parfois elle dérobe un fruit pour se nourrir, n'est-ce pas seulement son instinct de survie qui agit ? Pas besoin de chercher longtemps des excuses, elles sont toutes trouvées, et jamais les remords ne surviennent, tant elle y prend du plaisir. Isobel a le goût de l'escroquerie, cette montée d'adrénaline et la satisfaction d'y parvenir. Comme d'autres sont accrocs aux drogues, au jeu ou au sexe, elle ne peut se passer de sa dose de tromperie.
› Ambition et opportunisme ; ces deux termes semblent correspondre en tous points à la façon qu'a Isobel d'envisager sa vie, actuelle et à venir. Depuis sa plus tendre enfance, elle nourrit des aspirations que d'autres considéreraient comme démesurées. Malgré tous ceux qui se sont obstinés à la ramener à sa condition de femme pauvre, vivant dans les bas-quartiers de la ville, elle n'a jamais cessé de réfléchir au meilleur moyen d'accéder aux plus hautes sphères, vivre dans le luxe, et devenir la lady qu'elle a toujours voulu être. Pour ça, elle qui n'a jamais vraiment réussi à l'école, dispose d'une véritable intelligence : elle sait trouver le moyen qui lui permettra d'obtenir ce qu'elle veut.
› Rêves et mirages ; si Isobel croît en un avenir plus brillant, elle a une légère tendance à se fourvoyer quant à sa nature profonde. Pétrie d'une vie fantasmée, rêvée maintes et maintes fois, il lui arrive de fermer les yeux un peu trop rapidement sur tout ce qui s'en éloigne, pour ne voir que ce qui lui convient. Elle préfère rejouer en boucles les images de ses idéaux, s'inventer une vie montée de toutes pièces, que d'affronter la réalité. Naïve, elle manque de discernement quant au monde qui l'entoure, et la désillusion n'en sera que plus difficile, si tant est qu'elle arrive un jour.
› Insouciante et légèreté ; Les responsabilités sont pour Isobel comme une chose qu'il faut fuir à tout prix. Elle ne souhaite rien d'autre que poursuivre sa vie dans la plus absolue des désinvoltures, sans n'avoir à se soucier d'autre chose que de futilités mondaines, de la tenue qu'elle va porter ou de la présence ou non d'un tel à la soirée. Elle repousse avec vigueur toute tentative de la contraindre à un quotidien mûrement réfléchi, tant elle a envie de vivre sans entraves.

☾ smoke gets in your eyes

Il s'agit ici de donner des réponses relativement développées à ces questions. Vous pouvez rédiger les réponses à la première ou à la troisième personne, c'est comme bon vous semble. N'hésitez pas à vous appuyer sur ces réponses par la suite, lors de l'élaboration de liens ou même dans vos sujets.

COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE BODY AND SOUL ?
Elle rit, Isobel. Dans la vie qu'elle s'invente, celle de Hanne, elle répondrait évidemment qu'une éminence locale s'est empressée de l'y inviter à son arrivée en ville, ou que les échos du club ont résonné jusqu'à Brighton où elle réside. La réalité, toute autre, est bien moins reluisante, bien que tout aussi fantasque ; un bout de papier oublié à l'hôtel Blanche où elle travaille, lui en a donné l'adresse. Aussi loin qu'elle le sache, cela pourrait bien être délibéré, tant le trentenaire qui l'y avait égaré avait paru sensible aux charmes de sa délicate femme de chambre.

LE FRÉQUENTEZ-VOUS ET DEPUIS COMBIEN DE TEMPS ?
Il serait mentir que de désigner Isobel comme une véritable habituée des lieux, bien que ses visites tendent à se rapprocher de semaine en semaine. Cela fait presque trois mois désormais qu'elle rend sa visite hebdomadaire au Body and Soul, où elle aspire à rencontrer ceux qui feront chavirer son destin pour faire d'elle une véritable femme du monde - ou bien simplement l'idée qu'elle s'en fait.

QUE PENSEZ-VOUS DE CE QU'IL S'Y PASSE ?
C'est des paillettes plein les yeux qu'Isobel répondrait à cette question, à l'instar d'une enfant à qui l'on offre enfin le jouet tant fantasmé. Le Body and Soul représente du sol au plafond tout ce dont elle a toujours rêvé. De l'opulence presque obscène, aux musiciens toujours en fête et aux danses légères et pleines de vie, en passat par la décoration fastueuse, les velours, les matériaux nobles, l'or partout. Il lui paraît absolument inenvisageable de se lasser un jour de tout cet apparat.

CONSOMMEZ-VOUS DE L'ALCOOL ?
S'il lui arrive d'en boire, Isobel prend toujours un grand soin à rester mesurée dans sa consommation d'alcool. D'abord, pour ses finances modestes qui ne peuvent tolérer un tel excès, mais aussi et surtout pour s'assurer de toujours garder le contrôle sur son personnage d'Hanne et rester éveillée à toute opportunité sur laquelle poser les yeux. L'ivresse est loin d'être une fin en soi pour Isobel ; elle constitue le moyen d'atteindre ce dont elle a non seulement envie, mais un besoin viscéral.

QUELLE RELATION ENTRETENEZ-VOUS AVEC LES RÉSEAUX MAFIEUX ?
La mafia locale a toujours effrayé la petite Isobel Keller, aux yeux usés de les voir débarquer dans son quartier pour un sombre et sanglant règlement de comptes. Aujourd'hui, ce sont ces gens-là qui règnent sur l'endroit où elle aime à passer ses nuits. Si elle a tenté de mettre ses appréhensions de côté au profit de son ascension sociale, elle n'est pas encore parvenue à s'approcher outre mesure de l'un des pontes du grand banditisme de la Nouvelle-Orléans.


☾ all the things you are

Madame Keller franchit les portes de la petite épicerie du quartier, tenant par la main une enfant pas plus haute que trois pommes, vêtue d'une robe rapiécée. Le vendeur la salue ; c'est une habituée, et ici, tout le monde se connaît. L'endroit ne paye pas de mine et rares sont ceux de passage à s'y aventurer, tant la façade décrépie n'inspire rien d'autre que la méfiance. Pourtant, Madame Keller vient tous les jours, pour acheter son pain, et parfois d'autres choses, quand les finances le permettent. Elle lui sourit, attrape une miche sur l'étalage et la pose sur le comptoir, sortant quelques piécettes rassemblées pour atteindre la modique somme requise. « Isobel, reviens-là s'il te plaît! » lance-t-elle une fois qu'elle constate la disparition de sa fille aînée, partie traîner du côté des rares jouets du magasin. Elle lorgne sur des billes, et revient innocemment vers sa mère, tandis que dans sa poche tintent les agates multicolores, piochées sans culpabilité.
Ce n'est que quelques semaines plus tard que sa mère, lors de son annuel ménage de printemps, découvre la cachette, au creux du matelas. Elle ne dira rien, préférant épargner à son aînée les reproches du père et les remords enfouis. Pour Isobel, qui vient de découvrir ce qui sera son grand plaisir, ce n'est que le début d'une longue suite de ces méfaits commis innocemment, du petit picotement de l'interdit qui se propage dans le ventre, et du goût satisfait de la prise réussie.


~


S'agitant aux quatre coins de la chambre qu'elle partage avec sa jeune sœur, Isobel fourre à la hâte un tas de vêtements dans une valise bien trop petite. La nouvelle est arrivée le matin même, rapportée par sa cadette, témoin involontaire d'un échange entre les parents.
Ils veulent la marier, et au fils Desveraux, de sucroît. Elle n'en revient pas. Il est vrai que son âge avance, qu'elle vit toujours au crochet de ses parents, alternant les menus travaux et les vols à l'étalage pour subvenir aux besoins de tous les habitants.
Alors elle s'est décidée, enfin, à suivre la voie qu'elle a toujours voulu prendre, celle qui la mènera d'abord au Quartier Français, puis à New-York, Londres, qui sait. Isobel boucle son bagage, quitte prudemment la pièce et avance sur le bout des pieds, vérifiant à chaque pas que la maison décrépie est vide. Dehors, elle respire. L'air lui semble léger, délesté de l'odeur de savon bon marché, de cuisine trop lourde et de renfermé.
Elle sait qu'elle aurait dû leur laisser quelque chose, un mot,  une lettre expliquant sa décision. Elle n'en a pas eu le courage, tant affronter le jugement des uns et la déception des autres lui a semblé difficile. Alors elle est partie, tout simplement.
Elle marche, longtemps, avant de s'interrompre pour prendre le tramway. Alors qu'elle est assise, elle évalue ceux qui l'entourent. Les gens sont habillés de mille couleurs et mille tissus, portent des chapeaux, des foulards, du maquillage aussi. Isobel les a déjà vus, bien sûr. Mais aujourd'hui, elle a la sensation qu'elle va pouvoir en faire partie.



~

C'est une annonce dans le journal qui l'a faite arriver ici, aujourd'hui, devant cette porte peu engageante ; ou bien c'est le manque d'argent, son propriétaire qui n'a de cesse de lui réclamer les deux mois de loyer qu'elle lui doit déjà, son estomac qui parfois crie famine. Les temps sont durs, et malgré les quelques sous qu'elle a pu acquérir ici et là, c'est loin d'être suffisant pour s'assurer une subsistance satisfaisante. Le travail à l'hôtel lui assure également une chambre, sans craintes d'expulsion à toute heure. Elle n'a donc guère hésité avant de venir se planter devant cette porte en bois dont la peinture s'effrite.
Elle toque. Une vieille dame aux cheveux gris, tirés en arrière, vient lui ouvrir. Isobel lui adresse un sourire.
« Bonjour, je viens pour l'annonce, pour le poste de femme de chambre...? » L'autre hoche la tête, ne dit mot et la fait entrer. Elle lui indique un bureau, dans lequel elle entre, suivie d'Isobel. « Tu cherches un travail, alors ? Qu'est-ce que tu sais faire ? » Elle lui détaille les tâches ménagères effectuées à la maison familiale, ses emplois temporaires jusque là, expose ses ambitions et ses motivations. Lorsqu'elle finit son introduction, son interlocutrice l'observe de haut en bas.
« C'est bon, tu peux arrêter. Je vais te montrer ta chambre. » Isobel saute de joie à l'intérieur et suit la femme dans l'escalier en colimaçon. La porte s'ouvre sur une pièce exiguë, sous les combles, où règne une odeur de vétusté certaine, mais rien ne semble pouvoir défaire le sourire sur le visage d'Isobel, d'un enthousiasme sans failles.
Que reste-t-il de tes vieux rêves maintenant ?


~

Un bout de papier serré au creux de la main, Isobel avance vers l'entrée de l'épicerie, qu'elle sait désormais ne pas en être une à la nuit tombée. Le Body and Soul, speakeasy, dit la note qu'elle tient si fermement. Ces quelques mots détiennent en elle une multitude de promesse, et sur elle un pouvoir de fantasmagorie démentiel. Ils lui apparaissent comme la concrétisation de ce à quoi elle aspire depuis si longtemps. Et c'est ce soir, 22 juillet, qu'elle le touche enfin du bout des doigts. L'adresse, on ne la lui a pas donnée : ce papier, elle l'a trouvé, laissé là oublié sur une table basse, dans la chambre occupée pour une nuit par une éminence locale, qu'on dit amateur de choses aussi belles que bonnes. On lui demande un mot de passe, qu'elle donne sans broncher. Inscrit lui aussi sur le mot, elle l'a mémorisé, et se le répète depuis des heures comme une sublime incantation. Elle entre et la magie opère : tout, ici, resplendit. L'odeur du parfum de luxe entre dans ses narines, mêlé à celui des cigarettes que l'on fume de toutes parts et des glaçons qui sonnent dans les verres de whisky. Isobel se dirige vers le bar, où elle s'apprête à dépenser quelques dollars laborieusement acquis pour s'offrir un verre. « Bonsoir. Je ne vous ai jamais vue ici, vous êtes nouvelle ici non? Laissez, c'est pour moi. » Décidément, ce lieu n'en finit de tenir ses promesses. Isobel accepte avec plaisir. « Merci. C'est vrai que c'est ma première fois ici. Je m'appelle Hanne, au passage. » Voilà comment, sans s'en rendre vraiment compte, les mots franchissent ses lèvres pour devenir des mensonges. Au fil de la discussion, le personnage se dessine : héritière d'un empire immobilier conséquent, originaire de Brighton, elle a décidé de venir passer un peu de temps aux Etats-Unis, pour lesquels elle a toujours eu une véritable fascination. Le rôle lui sied à merveille, tant elle s'efforce d'adopter l'accent adéquat et une attitude correspondante. Elle même semble presque oublier Isobel derrière son nouveau masque, qu'elle tient jusqu'à son départ, quand retentissent les douze coups de minuit et que le carrosse ne redevienne citrouille.


☾ the way you look tonight

PSEUDO/PRÉNOM › Mariko(konut, apparemment)
PRÉSENTATION PERSONNELLE › Co-despote en ces lieux, mais gentille, parfois. Je ressemble à peu près à ça :
FRÉQUENCE DE CONNEXION › Relativement régulière en semaine, plus aléatoire le week-end (du genre tout ou rien).
AVATAR › Phoebe Tonkin après moultes péripéties Laughing
COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ? › Big Ben a sonné minuit et je me suis trouvée téléportée en Louisiane, en robe à sequins et bandeau à plumes ; alors j'ai dansé.
MOT DE LA FIN › Je vous aime déjà
[/i]


Dernière édition par Isobel Keller le Mer 11 Oct - 18:51, édité 25 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bodyandsoul.bbactif.com http://bodyandsoul.bbactif.com/t305-isobel-en-cette-heure-de-spleen-et-d-ennui
Nancy Cole
♔ queens of the night
avatar

Messages : 561
Crédits : balaclava pour l'avatar. /signature from unknown, tumblr.
Pseudo/Prénom : reckless times. (Louloulabest)
Avatar : astrid berges-perfect-frisbey

TANGO NOCTURNE ◐
Age : 25 ans, et des poussières.
Occupation : Objet de désir et de plaisir pour certains.
Boisson favorite : Gin tonic.

MessageSujet: Re: (ISOBEL) en cette heure de spleen et d'ennui.   Mar 26 Sep - 0:22

kokonut de mon coeur, je crois en toi.

_________________



Ҩ utilise-moi jusqu'à m'user, je ne
suis rien d'autre que ton jouet.

mes grands yeux fatigués sur ta peau abîmée,
tes pupilles envieuses sur mes jambes découvertes,
je te vois, tu m'attrapes, tu m'abîmes, je te laisse.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bodyandsoul.bbactif.com/t106-je-prefere-au-constance-a-l-opium-au-nuits-l-elixir-de-ta-bouche-ou-l-amour-se-pavane-quand-vers-toi-mes-desirs-partent-en-caravane-tes-yeux-sont-la-citerne-ou-boivent-mes-ennuis
Isobel Keller
♔ queens of the night
avatar

Messages : 956
Crédits : MOONY
Pseudo/Prénom : Mariko
Avatar : Phoebe Tonkin

TANGO NOCTURNE ◐
Age : vingt-cinq ans
Occupation : aspirante femme du monde, actuellement femme de chambre (hôtel blanche) ; escroc à ses heures perdues.
Boisson favorite : bloody mary - elle en aime surtout le nom.

MessageSujet: Re: (ISOBEL) en cette heure de spleen et d'ennui.   Mar 26 Sep - 23:11

Je crois surtout qu'il faut que je me bouge le boule pour faire cette fiche moi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bodyandsoul.bbactif.com http://bodyandsoul.bbactif.com/t305-isobel-en-cette-heure-de-spleen-et-d-ennui
Nancy Cole
♔ queens of the night
avatar

Messages : 561
Crédits : balaclava pour l'avatar. /signature from unknown, tumblr.
Pseudo/Prénom : reckless times. (Louloulabest)
Avatar : astrid berges-perfect-frisbey

TANGO NOCTURNE ◐
Age : 25 ans, et des poussières.
Occupation : Objet de désir et de plaisir pour certains.
Boisson favorite : Gin tonic.

MessageSujet: Re: (ISOBEL) en cette heure de spleen et d'ennui.   Mer 27 Sep - 10:08

@Isobel Keller a écrit:

PRÉSENTATION PERSONNELLE › Co-despote en ces lieux, mais gentille, parfois. Je ressemble à peu près à ça :
FRÉQUENCE DE CONNEXION › Relativement régulière en semaine, plus aléatoire le week-end (du genre tout ou rien).

favorite. parts. ever
faut que je me bouge également Laughing

_________________



Ҩ utilise-moi jusqu'à m'user, je ne
suis rien d'autre que ton jouet.

mes grands yeux fatigués sur ta peau abîmée,
tes pupilles envieuses sur mes jambes découvertes,
je te vois, tu m'attrapes, tu m'abîmes, je te laisse.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bodyandsoul.bbactif.com/t106-je-prefere-au-constance-a-l-opium-au-nuits-l-elixir-de-ta-bouche-ou-l-amour-se-pavane-quand-vers-toi-mes-desirs-partent-en-caravane-tes-yeux-sont-la-citerne-ou-boivent-mes-ennuis
Isobel Keller
♔ queens of the night
avatar

Messages : 956
Crédits : MOONY
Pseudo/Prénom : Mariko
Avatar : Phoebe Tonkin

TANGO NOCTURNE ◐
Age : vingt-cinq ans
Occupation : aspirante femme du monde, actuellement femme de chambre (hôtel blanche) ; escroc à ses heures perdues.
Boisson favorite : bloody mary - elle en aime surtout le nom.

MessageSujet: Re: (ISOBEL) en cette heure de spleen et d'ennui.   Mer 27 Sep - 20:16

Hahaha, je suis pas sûre de ressembler vraiment à un cupcake - quoique, selon la tenue, c'est à s'y méprendre - mais je suis ravie que ça t'ait plu ma biche I love you
(HE OUI AU BOULOT LES ADMINS LA HEIN)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bodyandsoul.bbactif.com http://bodyandsoul.bbactif.com/t305-isobel-en-cette-heure-de-spleen-et-d-ennui
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (ISOBEL) en cette heure de spleen et d'ennui.   

Revenir en haut Aller en bas
 
(ISOBEL) en cette heure de spleen et d'ennui.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Qu'est-ce que vous faites à cette heure ?
» [TERMINÉ] [Fevrier 1990] Un fiore pericoloso [Feat.Lovino Vargas]
» Que fais-tu à cette heure ?
» Mais qu'est-on allé faire dans cette galère ?
» Cette accalmie m'inquiète.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Body and Soul :: PREAMBULE :: Password, please ? :: Vous pouvez entrer.-
Sauter vers: